« A l'école des bureaucrates, par Mara Goyet | Accueil | Boulogne-Billancourt : Il faut écouter et protéger les commerçants du Pont-de-Sèvres ! »

jeudi 11 octobre 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Chris

Rien d'étonnant à ce comportement venant du CG92! En même temps, on peut légitimement se poser la question du professionnalisme de ces élus . Nous sommes en France, il reste à bousculer pas mal de ces comportements peu démocratiques. Que les habitants des communes concernées se rappellent de ça aux prochaines élections: la confiscation d'un débat démocratique .

XDD

Avant d'écrire, il faut connaître la loi. Dans un PPP, elle oblige la collectivité au mutisme le plus total : toute divulgation ne serait-ce que d'une partie infime du projet - architectural, financier, technique, culturel - pendant le dialogue compétitif qui oppose chacun des candidats est considéré comme une clause d'annulation de l'ensemble.
Donc, il ne peut y avoir débat public sur des données qui sont, par nature, confidentielles et s'apparentent au secret industriel...

Sylvain Canet

Précisions de l'auteur : cette note a été écrite en connaissance de cause quant aux règles de confidentialité. C'est bien celles-ci que je critique.
Cette rigidité réglementaire et cette "culture du secret" dans les négociations va contre tout libéralisme économique; que protège t-on au fond ? Ces mystères entretenus m'apparaissent de nos jours totalement anachroniques et allant contre l'idée même de responsabilité citoyenne. Ma note est à mettre en corrélation avec mes très anciennes prises de position sur la "création collaborative" et la "démocratie collaborative".
Je pense en effet que notre société politique moderne se porterait mieux si elle savait parler à des citoyens éclairés par des concertations éclairantes. Elevons les échanges et plaçons haut le niveau de responsabilité de la vox populi. C'est à mon sens la meilleure façon d'éviter ces polémiques qui surgissent quand sont dévoilés, à posteriori, des projets actés mais mal préparés auprès de la population.
Alors oui il faut remettre en cause la loi, en l'occurrence cette directive.
Je remercie le service communication du CG92, qui réagit ici, de me donner l'occasion d'expliciter le propos; leur travail n'est pas en cause. C'est une autre conception de la décision publique que je défends, avec des citoyens concernés et aptes à comprendre tous projets locaux.
PS : Un PPP fait intervenir un nombre si important de partenaires, d'agents et de salariés d'entreprises que l'on doit se demander s'il y a un secret si bien gardé que ça et des conditions de concurrence et de transparence égalitaires. Secret de polichinelle ? Un additif au contrat pourrait-il permettre d'ouvrir l'information de façon officielle ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Suivez en direct les prochaines parutions

  • Entrez votre adresse email:

    Alerte mail gratuite

Verbatim

Subscribe